L’association a été fondée par deux personnes en décembre 2018.

Sensibilisé-es à la question animale depuis de nombreuses années : Nous  avons commencé par récupérer un petit chat il y a quatre ans dans la rue,  puis un autre… L’idée de créer un refuge pour animaux issus d’élevage est ensuite venu dans la foulée. Nous nous sommes installé-es début 2018, et avons tenté l’aventure avec deux moutons, puis deux chèvres, puis 10 poules, puis une autre chèvre… etc. Ce projet nous plait et nous avons donc décidé de lancer une association afin d’en accueillir encore plus, faire découvrir leurs vies, leurs besoins, leurs envies et parfois leurs peines. 

les fondateur.ices

Une association égalitariste

Dianken se reconnaît dans la condamnation globale des inégalités. En ce sens, elle est solidaire des luttes intra-humaines qui visent l’émancipation de catégories de la population méprisées du fait de leur classe sociale, de leur origine ethnique, de leur nationalité, de leurs croyances religieuses, de leur genre, de leur handicap, de leur âge… Nous considérons que la notion d’égalité n’est pas défendable si elle s’arrête à l’espèce humaine, puisqu’il n’y aucune raison d’en exclure les autres animaux.

L’association se définit comme antispéciste, (le critère de l’espèce à laquelle appartient un animal n’est pas un critère  pertinent pour établir les droits qu’on lui accorde).
Nous refusons l’idée qu’une espèce aurait plus de droits ou de privilèges qu’une autre. Dans les faits nous sommes contre l’exploitation des animaux.

S’agit il d’une asso végane ?

L’association est ouverte à toutes et à tous à partir du moment où iel respecte les valeurs de Dianken citées ci-dessus. Nous encourageons évidemment chacun-e à refuser de consommer des produits animaux, mais nous pensons qu’il ne devrait pas s’agir là d’une démarche individuelle mais collective et donc politique. La promotion du véganisme est un appel à la vertu qui ne permet pas de faire du problème de l’exploitation animale une question de société. La question se réglera dans la rue par des mobilisations, etc, pas dans nos assiettes VG. Pour des raisons évidentes, tous les plats servis par l’association lors de chantiers par exemple seront végétaliens. 

N’y a-t-il pas plus urgent que de s’occuper de quelques animaux ?

Le nombre d’animaux sauvés est en effet dérisoire face au nombre d’animaux qui rentrent dans un abattoir (3.5 millions par jour en France pour les seuls mammifères terrestres). Il y a en effet urgence à dénoncer encore plus ce système d’oppression. Néanmoins nous estimons qu’il est important de sauver quelques vies, tout simplement pour elles. Mais aussi pour montrer que nous pouvons aussi vivre avec des animaux sans avoir à les exploiter, et que derrière ces animaux considérés jusque-là comme des marchandises se « cachent » des individu-es avec leur propre volonté, désirs, etc . Nous encourageons chacun-e ayant un peu de terrain à en sauver le maximum !   

Beaucoup de nos valeurs, et idéologies sont clairement  inspirées des idées du Collectif Rennais Pour L’Égalité Animale